Albi la Rouge

Albi la Rouge, vue depuis la Maladrerie
Vue d’Albi depuis le La Maladrerie

Dominée par l’impressionnante Cathédrale Sainte-Cécile et le Palais de la Berbie, «Albi la Rouge» est bâtie en briques et s’étend au bord du Tarn. Séduisante et accueillante, Albi possède des ruelles tortueuses bordées de maisons anciennes. Albi est surtout un haut-lieu historique dont le nom a été donné aux adeptes du Catharisme. Ville natale d’Henri de Toulouse-Lautrec, elle abrite un musée regroupant la plus importante collection au monde d’œuvres du peintre postimpressionniste.

Par conséquent, sa situation géographique, son style architectural et sa richesse patrimoniale et culturelle, ont par conséquent classé cette cité épiscopale, “Patrimoine Mondial de l’Unesco“.

Bref historique d’Albi la Rouge

Au Moyen-Age

Durant le Moyen Age, Albi est un oppidum ceint de murailles. Aux XIIe et XIIIe siècles, elle est un centre du mouvement religieux cathare. L’hérésie progresse rapidement et le catharisme est violemment réprimé lors de la Croisade contre les Albigeois. Cependant, Albi passe pourtant dans le camp catholique sans résistance. La construction du palais épiscopal fortifié de la Berbie et de l’imposante cathédrale Sainte-Cécile ancre la ville dans le giron de l’Église. La ville devient un important centre culturel avec son scriptorium qui permet de copier des textes et des livres de la vie liturgique.

La Renaissance

L’époque de la Renaissance sera marquée par la culture du pastel. La région est un véritable pays de cocagne. De nombreux bourgeois deviennent rapidement riches et influents. C’est l’époque de la construction de nombreuses demeures et hôtels particuliers. Finalement, ces constructions sont encore visibles de nos jours dans les rues d’Albi.

Au XVIe siècle, de nouveaux troubles apparaissent avec l’arrivée du Calvinisme en France vers 1540. L’évêché d’Albi sera considéré à cette époque comme l’un des plus importants du royaume, à cause de ses revenus considérables. Le massacre de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572 à Paris, se répète à Albi le 5 octobre, et donne lieu à des règlements de compte. Albi adhère à la fronde politique de la Sainte Ligue.

Le XVIIe siècle est une période de déclin économique pour Albi et sa région. Le pastel est en perte de vitesse et la ville recherche de nouveaux débouchés économiques.

Albi la Rouge et l’industrialisation

Au XIXe siècle la métallurgie s’implante au Saut du Tarn. D’abord, apparaissent des fonderies spécialisées. Ensuite, apparaît la Verrerie Ouvrière d’Albi qui reste l’activité la plus connue. Cette dernière sera fondée en 1896 en coopérative ouvrière grâce à l’aide de Jean Jaurès. Il y a aussi la chapellerie qui est aussi une industrie importante à Albi, la plaçant parmi les premières de France au XIXe siècle. 

Albi la Rouge aujourd’hui

Depuis le 31 juillet 2010, la Cité épiscopale d’Albi est inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco, distinguant au niveau mondial le caractère exceptionnel des bâtiments qui la composent : la cathédrale Sainte-Cécile, le Pont-Vieux, le palais de la Berbie et les quartiers médiévaux du vieil Albi.

Liens utiles

http://www.cite-episcopale-albi.fr/comprendre/architecture/la-brique-forraine.html

http://www.cite-episcopale-albi.fr/decouvrir/cathedrale-sainte-cecile/?lang=fr

https://www.albi-tourisme.fr/le-palais-de-la-berbie-albi.html

www.musee-toulouse-lautrec.com

https://www.mairie-albi.fr/fr/le-musee-laperouse

Comments are closed.