Piscine naturelle, 2 chaises longues, maison Brin de Cocagne, logo 4 épis, logo Brin de Cocagne, logo écogîte

La douceur de vivre à Brin de Cocagne

Notre projet est né d’une longue réflexion associant tourisme durable, intérêt pour le patrimoine culturel et gastronomique, et préoccupation écologique. Comme vous pourrez le constater à la lecture de cet article, Brin de Cocagne, c’est avant tout une aventure, une passion qui nous a amenés à nous installer près d’Albi dans le Sud-Ouest début 2015.

Concernés de longue date par l’écologie, engagés dans une démarche éco responsable, sensibles à la nature environnante, passionnés de patrimoine culturel et architectural, curieux des cultures et traditions populaires, nous avons rénové notre mas avec amour afin d’accueillir nos hôtes dans les meilleures conditions.

Jean-Pierre et Nathalie, les hôtes de Brin de Cocagne.
Maison Brin de Cocagne, façade sud et puits
2 fleurs blanches et mauves que l'on trouve dans le parc de Brin de Cocagne en forme d'insectes ou de droles de personnages
Gros plan, chien Berger des Pyrénées, Labrit, assis devant la maison
Piscine naturelle écologique, 2 chaises longues et vue sur la campagne autour de Brin de Cocagne

Ici, on prend le temps de vivre, d’écouter la nature…

Nous souhaitons partager nos passions, échanger, et essayer – sans aller au bout du monde – de faire apparaître l’exotisme dans la découverte du patrimoine, de l’Histoire et de la gastronomie de notre belle région… “avec plaisir” comme on dit en Occitanie !

Nous sommes fiers de vous annoncer qu’après avoir été labellisés 4 épis, nous venons d’obtenir la qualification Ecogîte® Gîtes de France !

Ecogîte, Kesaco ?

Le label Ecogîte a été créé par le réseau Gîtes de France pour qualifier des gîtes et des chambres d’hôtes de Haute Qualité Environnementale (HQE) qui sont engagés dans une démarche écotouristique.

Un hébergement Ecogîte doit être conçu ou restauré selon des techniques ou matériaux reconnus comme ayant un faible impact sur l’environnement, de sa construction à sa déconstruction, avoir une faible consommation énergétique, une gestion économe de l’eau, un tri des déchets.


Brin de Cocagne est le second hébergement en Midi-Pyrénées a avoir les deux labels (écogîte et 4 épis), et le 1er dans le Tarn. Dans toute la France, 77 chambres d’hôtes sont classées écogîte, dont seulement 21 sont labellisées 4 épis.

A Brin de Cocagne, nous avons opté pour une démarche écotouristique. Nous essayons au quotidien de préserver les ressources naturelles, de minimiser les impacts négatifs sur l’environnement, tout en privilégiant le confort et le bien-être de nos hôtes.

Gros plan papyrus devant piscine naturelle
Branche de cerisier en fleurs, fleurs blanches sur fond de ciel bleu
Piscine naturelle, 2 chaises longues, maison Brin de Cocagne, logo 4 épis, logo Brin de Cocagne, logo écogîte

Dans ce long article, nous allons parler du tourisme durable, de nos préoccupations écologiques et des techniques à faible impact environnemental que nous avons mises en œuvre pour rénover et aménager notre mas.

1. Tourisme durable

L’expression tourisme durable décrit généralement toutes les formes de tourisme alternatif qui respectent, préservent et mettent durablement en valeur les ressources patrimoniales (naturelles, culturelles, historiques et sociales) d’un territoire à l’attention des touristes accueillis en respectant les ressources environnementales et socioculturelles, ainsi que les hommes, visiteurs, salariés du secteur et populations d’accueil.

Le tourisme durable s’inscrit donc dans une dynamique qui articule des modes de déplacements, de production et de consommation écoresponsables, tout en associant étroitement les populations qui vivent, travaillent ou séjournent dans l’espace concerné au projet de développement touristique et aux retombées socio-économiques, équitablement répartis. De plus, dans un contexte où la société se soucie de plus en plus de son environnement et de sa qualité, la vision du tourisme évolue avec la mise en œuvre des Agendas 211 locaux, et par la suite à partir de 1998, de la Charte Européenne de Tourisme Durable2. L’écotourisme est, quant à lui, plus centré sur la découverte des écosystèmes, des aspects ethnoculturels et de la biodiversité, incluant un tourisme de proximité qui cherche à réduire son empreinte écologique.

Le tourisme rural a été à l’origine du tourisme durable. C’est une forme de tourisme alternatif, c’est-à-dire s’opposant au tourisme de masse, ayant son origine chez les agriculteurs (on utilisa initialement le terme d’agritourisme), se développant ensuite chez des “gens du pays” n’ayant pas forcément d’attaches directes avec la terre. Ce tourisme constitue un moyen de revitaliser les territoires ruraux et d’en diversifier les activités.

2. Préoccupation écologique

2.1. Une prise de conscience ancienne

Au cours de notre vie nous avons fait quelques rencontres déterminantes pour notre réflexion et notre engagement en faveur de l’environnement. L’une des premières, chacun de notre côté, remonte à 1974, par l’intermédiaire d’un écran de télévision, lors de la campagne de René Dumont, premier candidat écologiste à l’élection présidentielle, qui déclarait : « L’écologie, c’est un mot simple. Il veut dire que l’homme, comme toutes les espèces vivantes, est inclus dans un milieu qui comprend la nature, les autres espèces vivantes, les autres hommes, et qu’il ne peut pas se permettre de détruire ce milieu sans se détruire lui-même. »

L’année précédente déjà, en 1973, le rapport du Club de Rome paraissait dans sa traduction française (Halte à la croissance?) et montrait qu’une croissance économique continue sur une planète aux dimensions finies mènera à un effondrement de notre système économique, social, politique quelque part au cours du XXIe siècle. Présenté par Dennis Meadows ce rapport avait eu une influence déterminante sur notre façon de penser. Il a connu plusieurs mises à jour qui ont confirmé les données initiales3. Bien entendu c’est le scénario du « business as usual » qui a été privilégié , nous rapprochant encore plus vite d’un effondrement catastrophique de notre modèle économique et probablement de notre civilisation car les appels à une croissance zéro ou à une décroissance sont jusqu’ici restés lettre morte.

2.2. Un constat alarmant

Outre l’érosion dramatique des sols agricoles, fait encore trop peu connu du grand public, et la pollution généralisée des sols et des eaux par les pesticides (en 2005 selon l’Institut Français de l’Environnement 91% des eaux de surface et 55% des eaux profondes contenaient un ou plusieurs pesticides, pour ne mentionner que ce type de pollution4, et la situation s’est encore aggravée depuis), nous sommes aussi préoccupés par les multiples problèmes pesant sur l’environnement, dont le réchauffement climatique, la diminution accélérée de la biodiversité et la croissance de notre empreinte écologique5. Désirant agir à notre niveau, pour les hébergements que nous proposons et pour notre habitation nous avons mis en œuvre des critères d’écoconstruction et de rénovation ainsi que d’intégration écologique.

La réconciliation de l’homme avec la nature ne se fera qu’au prix d’une remise en cause des dogmes économiques dominants : gaspillage de l’énergie, culte de la croissance économique illimitée et éternelle, surconsommation (obsolescence programmée des produits, objets à usage unique, suremballage…), modèle agro-industriel énergivore, destructeur des sols, polluant les eaux, contribuant à perturber le climat, concourant à l’érosion de la biodiversité, etc.

3. Mise en œuvre de techniques à faible impact environnemental

L’ensemble de notre activité intègre la notion de développement durable, défini comme “un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs” (Rapport Brundtland6 en 1987).


Maison avec volets rouges, cyprès et pins parasols Brin de CocagneNous avons acquis une maison ancienne (figurant sur les premiers cadastres du début du XIXe siècle), en pierre et en brique de pays, typique de l’architecture traditionnelle locale, intégrée à son environnement, possédant une “âme”. Cette maison est esthétiquement et énergétiquement parlant intégrée à son environnement. Notre expérience passée de rénovation de maisons anciennes nous a été précieuse. Les solutions de rénovation de type bâtiment basse consommation, divisant par deux ou par trois les consommations d’énergie, sont aujourd’hui connues. Nous nous sommes employés à appliquer des solutions écologiques en respectant les matériaux de la région dans l’esprit de créer un écogîte : tuiles locales de type canal, dallages de terre cuite, poutres apparentes. L’existence de murs de refend de grande épaisseur en pierre à l’intérieur contribue au confort thermique et au maintien de l’hygrométrique. Le chauffage repose au rez de chaussée sur une géothermie à captage horizontal et au premier étage sur une aérothermie. La production d’eau chaude est assurée par un chauffe-eau thermodynamique. Les appareils électroménagers sont tous de classe A à A+++. Le sèche linge utilisé en saison froide comporte une pompe à chaleur, pour diminuer la consommation électrique. La maison possédant trois puits, nous sommes particulièrement attentifs à la gestion de l’eau pour l’arrosage du jardin et pour la piscine naturelle.


La piscine naturelle ne reçoit aucun traitement chimique chloré néfaste à l’environnement. Outre le filtrage et l’épuration par des plantes aquatiques, l’eau reçoit par un dosage automatique par de l’eau oxygénée de qualité alimentaire (qui se décompose en oxygène et en eau) pour combattre la multiplications des algues.


Les produits consommables et d’entretien utilisés à Brin de Cocagne sont en matière recyclée et recyclable, ou naturelle et biodégradable : papier recyclé pour les brochures, les cartes de visite, produits d’accueil, liquide vaisselle, détergents classés biologiques, literie, draps et serviettes de bains en coton, lin, bambou issus de culture biologique. La cuisine est réalisée préférentiellement avec des produits biologiques, provenant en partie du jardin, cultivés sans pesticides, privilégiant les variétés anciennes et rustiques adaptées au climat local, suivant les principes de la permaculture et provenant de producteurs locaux.

jachère fleurie avec fleurs de couleurs bleu, rouge, jaune, blanc, sur fond d'herbe verte
Grenouille avec rayure verte fluo sur le dos.
Faucon crécerelle posé dans l'herbe
Lièvre au milieu d'un pré
Faisan au milieu d'un pré

La maison est entourée de deux hectares de parc, de verger, de prairie et de bois ne recevant aucun traitement chimique. Il n’est donc pas rare de croiser un couple de faucons crécerelles qui logent au voisinage de la maison, des huppes fasciées ou des pics-verts, de voir détaler un lièvre ou s’envoler un faisan. La partie végétalisée de la piscine naturelle héberge des grenouilles et des tritons. Le soir il n’est pas rare de croiser un hérisson s’en allant dîner et jusqu’en juin on entend chanter les rossignols. Les renards sont plus rarement aperçus de même que les ragondins logeant dans les ruisseaux alentour. Tôt dans la saison, lorsque les buis sont en fleur et plus tard lorsque c’est le tour des tilleuls, leurs feuillages bourdonnent du bruit des abeilles attirées par le festin qui s’annonce. La pyrale du buis et la chenille processionnaire du pin sont combattues par des piège à phéromones. Nous avons créé 400 m² de prairie naturelle pour le plaisir des yeux et pour attirer les pollinisateurs et replanté plus de 200 mètres de haies.

Si vous voulez en savoir un peu plus, n’hésitez pas à nous contacter , nous nous ferons un plaisir de vous répondre !

Jean-Pierre et Nathalie

Juin 2017

 

1 L’Agenda 21 (ou Action 21) est un plan d’action pour le XXIe siècle adopté par 173 chefs d’État lors du sommet de la Terre, à Rio, en 1992. Avec ses 40 chapitres, ce plan d’action décrit les secteurs où le développement durable doit s’appliquer dans le cadre des collectivités locales.

2 Cette charte a été élaborée par un groupe constitué de représentants européens des espaces protégés, du secteur du tourisme et de leurs partenaires. Elle fait suite à une première réflexion, engagée en 1991, par la Fédération Europarc, qui a abouti à la publication du rapport “Loving Them to death ?”[Passion fatale ?]

3 Meadows, Donella, H, Randers, Jørgen, Meadows, Dennis, L. Beyond the Limits: Confronting Global Collapse, Envisioning a Sustainable Future ; Chelsea Green Publishing Company , White River Junction, Vermont, USA, 1993. Meadows, Donella, H, Randers, Jørgen, Meadows, Dennis, L.. The limits to growth. The 30-years update ; Chelsea Green Publishing Company, White River Junction, Vermont, USA, 2004.

4 Les dossiers IFEN. Les pesticides dans les eaux. Données 2005. N° 09, décembre 2007

5 L’empreinte écologique d’une population correspond à la surface nécessaire au maintien de son niveau de vie actuel (fourniture de l’énergie et des matières premières consommées et élimination des déchets générés). Ainsi, si tout le monde consommait autant qu’un Américain, il faudrait disposer de 5 planètes, autant qu’un Français de 2,5 planètes, autant qu’un Brésilien de 1,3 planète. L’empreinte écologique d’un Chinois est d’1 planète, celle d’un Indien ou d’un Burkinabé est de 0,4 planète. (Source : The living planet report 2008, WWF).

6 Publié en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, le Rapport Brundtland (ayant pour titre Notre Avenir à Tous) a été nommé ainsi du nom de la présidente de la commission, la Norvégienne Gro Harlem Brundtland. Ce rapport définit la politique nécessaire pour parvenir à un “développement durable”.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Comments are closed.